Le sport est un jeu plein de ressources…

16 janvier 2018
Jean-Luc Chovelon

Pas très au fait des affaires du jeu du ballon rond, j’ai découvert un peu par hasard l’affaire qui a agité le Ladernau du football tricolore en cette fin de weekend. Je parle du tacle de l’arbitre Tony Chapron sur un joueur nantais lors du match contre le PSG. Regardez, vous comprendrez.

A défaut de suivre l’indignation de la meute des commentateurs qui ont oublié que le football, avant d’être un métier, est avant tout un jeu, l’anecdote m’a plutôt fait rire. Et j’aurais tendance à plaindre ce pauvre arbitre, évidemment coupable d’un coup de sang qui nous rappelle, la leçon est toujours bonne à prendre, que le sport est une histoire d’êtres humains, avec les défauts de cette qualité. Mais au delà de l’incongruité de la situation, je me suis mis à cogiter (on ne se refait pas). Et je me suis demandé à quoi ressemblerait un sport dans lequel les acteurs changeraient de rôle subitement. Après cet épisode d’arbitre-tacleur, on pourrait décliner l’idée sous de multiples formes…

Le fantasme de l’arbitre

On peut imaginer le joueur qui se met à arbitrer… Non, vous avez raison, ce n’est pas drôle et en plus, ça existe déjà. En fait, les exemples d’acteurs qui veulent prendre la place de l’arbitre sont nombreux : le spectateur, le dirigeant, le président de club, le journaliste, le petit ramasseur de ballons… En fait, l’une des caractéristiques de l’arbitre, c’est que tout le monde ou presque veut prendre sa place à un moment donné. Donc, ce n’est pas un bon exemple.

Plus drôle, est le joueur qui, d’un coup devient spectateur. Je me rappelle l’histoire que m’a racontée un ami. Au cours d’un match de rugby où son équipe était en train de prendre une déculottée, un joueur voulant récupérer un ballon botté en touche par un adversaire s’est retrouvé emporté par son élan dans les couloirs qui mènent aux vestiaires. Le jeu a repris et personne ne s’est rendu compte que le joueur en question n’était pas ressorti du couloir. Quelques minutes après, il a réapparu dans les tribunes, douché et rhabillé, sous le regard amusé mais étonné de ses coéquipiers qui jouaient à 14. Ou l’irrépressible envie d’un joueur de devenir spectateur…

Pour la beauté du jeu

Il y a aussi le cas du joueur qui, d’un coup, se met à jouer dans les rangs de l’équipe adverse. J’ai souvenir d’un ami (un autre, même si, je sais, on a les amis qu’on mérite…) qui, se retrouvant dans la ligne de trois-quarts adverse alors qu’il opérait un repli défensif, a hérité du ballon passé par un adversaire berné. Et au lieu de profiter de l’aubaine pour contre-attaquer dans l’autre sens, le traître a prolongé l’action de l’équipe adverse, décalant de fait l’ailier pour un essai imparable. Triste pour ses coéquipiers  mais heureux d’avoir participé à une action d’essai, occasion trop rare pour ne pas la saisir quand elle se présentait, fusse-t-elle par l’équipe adverse. Il va sans dire que le coquin a été interdit de bus pour rentrer à piaule et qu’il a été de sa tournée pendant de nombreuses semaines…

Après, on peut imaginer. Le spectateur-joueur (un intrus qui prendrait place dans l’équipe, cela a bien dû arriver), le spectateur-arbitre bien sûr et autres combinaisons. On peut aussi explorer les sports individuels. Un copain journaliste, coureur émérite, s’amusait à interviewer quelques athlètes durant des semi-marathons comme Marseille-Cassis. Véridique…

Allez, place à l’imagination. Laissez-vous aller…

Jean-Luc Chovelon

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

1 Comment. Leave new

RIVIERE Jean-Louis
18 janvier 2018 21 h 02 min

Un petit régal à lire …. et surtout à imaginer. En lisant j’étais assis devant mon écran et en même temps dans le vestiaire sous la douche en pensant aux joueurs de mon équipe puis dans l’action de changer d’équipe en comprenant ce que ce joueur avait bien pu ressentir, exalté par l’action. Cela faisait une éternité que je n’avais “remis” les pieds sur un stade.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.