Que reste-t-il de nos souvenirs de sport ?

20 novembre 2017
Jean-Luc Chovelon

Il y a quelques jours est sorti au cinéma un film sur la rivalité entre Björn Borg et John McEnroe à la fin des années 70. En ce qui concerne le titre, la production ne s’est pas trop foulée puisqu’il s’appelle “Borg/McEnroe”. Ça fait rêver. Mais au-delà de ce package si peu affriolant, se pose la question de ces films historico-sportifs dont l’interprétation gambade parfois bien loin de la réalité des faits et de la consistance de nos souvenirs de sport. Comme grand nombre de films basés sur un ou des événements historiques mais aussi comme la plupart des films sur le sport. La double peine…

Que faisiez-vous en 1980 ?

Je n’ai pas vu le film en question et il est sûrement très bien. A dire vrai, j’en sais rien. Mais cette sortie cinématographique est l’occasion de me gratouiller les neurones. Pour quiconque s’intéresse un peu à l’histoire sans avoir pour autant l’âme révisionniste, on sait que que celle-ci est bien plus complexe que ce qui est écrit dans les manuels scolaires. Il faut lire “Une histoire populaire des Etats-Unis” d’Howard Zinn pour comprendre que ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire. “Tant que les lapins n’auront pas d’historiens, l’histoire sera écrite par les chasseurs“, peut-on lire. Personne n’en doute.

Mais pour en revenir à nos moutons (ou à nos lapins) et à ce film en particulier, on se rend compte qu’avec le temps, on fait un peu ce qu’on veut de la réalité (toute proportion gardée car il faut avouer que le massacre des Indiens d’Amérique a une autre portée dramatique qu’une défaite sur un court de tennis). Pour ma part, je ne me rappelle plus ce que je faisais en 1980 lors de la finale de Wimbledon mais il est certain que je n’ai jamais cru que le monde vivait quelque chose d’extraordinaire ce jour-là. Si mes calculs sont bons, je devais être en attente des notes du bac de français et “McBorg” était aussi présent dans ma vie qu’un cosmonaute dans celle d’une crevette.

Le sport contre le cinéma

Et puis, il faut aussi le dire, le sport et le cinéma n’ont jamais fait très bon ménage. J’ai dû déjà vous entretenir sur le sujet sur ce même site, mais ça ne fait pas de mal de rappeler l’évidence. Seule la boxe trouve grâce à mes yeux avec, au sommet du film “sportif”, le Raging Bull de Martin Scorsese, sorti cette même année 1980. “La légende Bagger Vance” donne au golf des aspects mystiques intéressants, mais je crois que c’est tout. A mon sens, parce que la dramaturgie d’un match ou d’un combat se suffit à elle-même et souffre mal d’être confinée dans un autre cadre, fusse-t-il celui du septième art.

Tout ça, évidemment, est très subjectif. Je n’ai guère l’âme tennistique, sauf au moment de Roland Garros pour me donner une raison de faire la sieste. Alors si c’est pour dormir, je n’ai pas besoin d’aller dans une salle de ciné…

Jean-Luc Chovelon

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmailFacebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

4 Comments. Leave new

Cher Jean-Luc, si seule la boxe trouve grâce à tes yeux, je m’étonne que tu n’aies pas mentionné la saga Rocky ou l’excellent Million Dollar Baby. Parfois grâce au cinéma, le sport est remis à l’honneur . Je pense au rafraichissant Rasta Rocket, ou à celui qui a fait rêvé toute mon enfance , l’exceptionnel Jappeloup, lui aussi tout droit sorti des années 80.

Répondre
Jean-Luc Chovelon
22 novembre 2017 6 h 44 min

C’est vrai qu’il y a plein de films plutôt bons où il est question de sport mais lorsque je parle de films sportifs, j’avais en tête ceux où l’on touche l’essence du sport. Et j’avoue que la distinction n’est pas facile. Mais c’est vrai que les bons films sont bien plus nombreux que les quelques uns que j’ai mentionnés…

Répondre

Coup de tête de Jean-Jacques Annaud avec Patrick Dewaere 😉

Répondre

Quelle chance tu as. Certains n’ont que cette alternative, il y fait bon avec une certaine chaleur humaine et les sièges y sont de plus en plus confortables.

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.